Facebook
Twitter
YouTube
Instagram
 
 

Home / Post / Le projet « Aladdin »

 

Le projet « Aladdin » a pour but, à travers les techniques du conte, de développer des connaissances basiques en langue ainsi que des compétences communicationnelles et entrepreneuriales des jeunes adultes, grâce à des ateliers intergénérationnels animés par des retraités bénévoles. Ce projet regroupe 5 pays partenaires (Hongrie, France, Royaume-Uni, Espagne et Pays-Bas), le but étant d’allier théorie et pratique afin de mettre en commun les différents « savoir-faire » spécifiques à chacun.
Nous souhaitons, tout en mobilisant le bagage culturel de ces jeunes adultes, travailler leurs capacités communicationnelles, leur confiance en eux et leur intégration sociale. Nous espérons également encourager les bénévoles retraités à s’estimer à leur juste valeur et renforcer leur sentiment d’utilité dans la société, mais aussi rompre ou prévenir leur isolation sociale. Ainsi, par le simple fait d’être membre d’un groupe dans lequel chacun est encouragé à partager son expérience, nous souhaitons installer un échange de valeurs, de forces, d’histoires de vie, d’apprentissage, afin que tout le monde en sorte enrichi.

La première rencontre transnationale a eu lieu à Paris mi-octobre, pendant trois jours; cette rencontre avait pour but principal de présenter chaque association partenaire ainsi que le projet de manière générale. C’était également l’occasion d’aborder des thèmes tels que la finance, le budget, l’administration, le management, ou encore la communication.
D’autres rendez-vous ont eu lieu dans le cadre du suivi du projet, avec les différents partenaires, à Barcelone, à Budapest et à Bristol. La dernière réunion, qui sera l’occasion de tirer toutes les conclusions de ce projet, aura lieu à Amsterdam fin juin prochain.

Dans chaque pays, plusieurs ateliers se sont donc déroulés à quelques mois d’intervalle. À Paris, la première session a eu lieu en janvier, et nous avons réalisé la deuxième, assez similaire du point de vue des activités mais permettant une autonomie plus grande aux bénévoles, les 19, 20 et 21 avril derniers. Il y avait une vingtaine de jeunes adultes participants, 8 bénévoles retraités et 5 encadrants de notre association Elan Interculturel. Nous avons choisi de passer ces 3 jours dans les locaux de la Maison des Médecins, bâtiment situé au sein des Grands Voisins et réservé habituellement aux résidents, car il permettait de nouvelles rencontres éventuelles entre les participants et les habitués de ce lieu. Cela a permis un fort dynamisme de groupe !

Vous êtes invité à cliquer ici pour voir le programme des 3 journées détaillées que nous avons passé ensemble !

Les 3 jours se sont déroulés selon le même schéma : nous nous retrouvions le matin autour d’un petit-déjeuner avant de se prêter à quelques jeux ou de réaliser quelques pas de danse, afin de dynamiser un peu le groupe! Le déjeuner était également partagé puisqu’il constituait en lui-même une des principales activités (“le goûter des histoires”) : les bénévoles se proposaient pour apporter à tour de rôle des plats qu’elles souhaitaient partager, et à la fin de chaque repas, nous demandions à chacun de citer au moins un ingrédient ou un plat auquel ils avaient goûté, pendant qu’un encadrant les écrivaient au tableau. Ces moments partagés, ponctuant les activités principales programmées autour des 5 sens, favorisaient bien évidemment les relations interculturelles et intergénérationnelles au fur et à mesure du temps.

Mercredi 19 avril 

Nous nous sommes tout d’abord présentés en nous situant dans l’espace par rapport à un planisphère accroché au mur, selon nos origines. Chacun devait ensuite dire son prénom suivi du lieu où il était né. Cette activité nous a permis de se rendre compte, en visualisant chacun d’entre nous dans l’espace, que nous venions pratiquement tous de pays différents.

Nous avons continué les présentations avec ce que nous appelons « l’activité des prénoms ». Ainsi, par groupe de deux (un participant avec un senior ou un encadrant, de façon à créer des groupes hétérogènes), chaque binôme est invité à expliquer d’où vient son prénom, quelle est son histoire, qu’est-ce qu’il lui inspire, etc… Ensuite, chaque duo passe devant le reste du groupe et chacun doit présenter l’autre en s’inspirant des éléments qui lui ont été partagés. C’est une manière originale de créer les premiers liens et cela permet de faciliter la mémorisation des prénoms puisque les participants portent une attention toute particulière à leur prononciation et à la bonne compréhension de chaque histoire.

Dans l’après-midi, nous avons formé 4 groupes hétérogènes de 5 personnes environ et leur avons présenté à chacun un même flacon contenant une odeur particulière. Chaque participant devait écrire spontanément un personnage à qui l’odeur lui fait penser. Nous avons ensuite fait passer 3 autres gobelets au sein de chaque groupe auxquels les participants devaient y associer un lieu, un sentiment et une action. Nous avons procédé au mélange des papiers ainsi récoltés et chaque groupe devait, à l’aide des 4 mots piochés, constituer une histoire et la restituer devant les autres groupes en la contant, en la dessinant ou en la jouant. Nous avons assisté à de très belles présentations, c’était intéressant de voir comment les mots, souvent proches, étaient mis en scène de manière différente par chaque groupe. Ce dernier exercice a permis à certains de sortir un peu de leur réserve grâce au jeu théâtral notamment.

Jeudi 20 avril 

Nous avons démarré l’activité : « un conte créé à partir d’images », pour laquelle chacun devait prendre 3 photos en se baladant dans le site des Grands Voisins ; les images choisies devaient leur remémorer des souvenirs positifs vécus lors de leur arrivée en France. Différents petits groupes hétérogènes se sont formés spontanément pour réaliser les photos.

Une fois repu de notre déjeuner, chaque participant a partagé et expliqué ses différentes photos. De belles idées sur la France en sont ressorties : la notion de convivialité et de partage lors des repas par exemple, le côté « artistique » du pays, des questionnements sur la place de la femme, des endroits « agréables » comme le canal Saint-Martin ou « beaux » comme les Champs-Elysées, la solidarité, les français pressés et toujours occupés, les pique-nique dans les parcs, la découverte du métro… Nous avons donc eu le plaisir de partager des moments et des sensations un peu intimes avec les participants. (Comme pour chaque activité, les mots importants ont été écrits sur le tableau et révisés ensemble).

Pour la deuxième activité de la journée, c’était cette fois-ci le sens du toucher qui était mobilisé : un participant piochait un objet dans un sac, sans le regarder. Après avoir compris de quoi il s’agissait, il devait ensuite le faire deviner au reste du groupe, ou répondre à des questions. Tout le monde a participé avec plaisir et enthousiasme, et c’était une occasion de plus d’apprendre de nouveau mots.

Enfin, un des participants a tenu à nous remercier, ne pouvant pas venir le lendemain. Il nous a confié qu’il avait apprécié le fait que l’équipe soit à l’écoute de tout le monde, que cela lui avait permis de se sentir à l’aise et en confiance et qu’il avait beaucoup appris en 2 jours !

Vendredi 21 avril

Pour cette dernière journée, nous nous sommes divisé en trois groupes (selon une répartition équitable entre encadrants, participants et bénévoles) pour préparer les chansons choisies pour le karaoké : Le Sud de Nino Ferrer, San Francisco de Maxime Leforestier et Je m’en vais de Vianney. Plusieurs lectures ont été nécessaires pour saisir le sens de chaque mot, puis, au fur et à mesure des répétitions, chaque groupe a pu présenter sa chanson et la chanter une deuxième fois avec tout le monde. Enfin, à la demande générale, nous avons uni nos voix pour chanter quelques tubes connus de tous. Après avoir demandé aux participants d’évaluer les 3 jours en répondant à quelques questions,  nous avons conclu cet atelier avec la distribution des diplômes.

Les retours sont très positifs, que ce soit de la part des participants, des encadrants comme de l’équipe d’Elan Interculturel. Nous attendons la conférence à Amsterdam avec impatience pour pouvoir tous débriefer sur ces sessions d’ateliers !

Pour regarder les photos, Cliquez ici!

Vous pouvez également consulter le site dédié du projet Aladdin: http://aladdinproject.eu/

Co-funded by the Erasmus+ programme of the European Union